« À cheval, à pied ou en vélo, ils partent au bout de leurs rêves… Mais pas comme tout le monde »

Ils sont partis, parfois sans jamais revenir, avides de découvertes. Ils ont tout quitté pour vivre leurs rêves à l’autre bout du monde, mais avec un projet en tête : voyager de leur propre façon. C’est l’histoire de cinq personnes, qui ont fait de leur vie ordinaire un voyage extraordinaire.

Dans le cadre de ma dernière année d’études, pour valider mon cursus, j’ai réaliser un long format sur cinq personnes qui sont parties au bout de leurs rêves.

Vous pouvez y accéder sur le lien ci-dessous.

Bonne lecture 🙂

GRAND FORMAT DECEMBRE 2016

Léa

Publicités

« Ils partent au bout de leurs rêves »

Actuellement en dernière année de journalisme, pour la validation de mon diplôme je prépare un long format sur ces jeunes qui partent au bout du monde pour réaliser leur rêve : le voyage, mais pas comme tout le monde.

Venez découvrir le teaser de ce projet qui paraitra courant décembre 2016.

À suivre …

Léa

Encantada de… nice to meet you

Chose promise chose due,

Avec un peu de retard je l’avoue, puisque cela fait 2 semaines que je suis rentrée en France, j’aimerais vous faire découvrir une petite partie de mon voyage d’un mois au Pérou. Petite partie parce qu’évidemment les meilleurs moments sont gravés dans ma tête et non dans mon téléphone.

Ce que je peux en dire ? D’abord, je pense que mon premier souvenir, celui qui me fait avoir aimé ce voyage sont les rencontres. Parce que c’est le plus important et c’est ce qui reste à jamais dans nos coeurs. Parce qu’on rencontre des gens merveilleux à chaque instant d’un voyage, que ce soit des locaux ou des voyageurs comme moi. Je fais surtout référence à mon passage à Arequipa, dans une auberge de jeunesse qui s’appelle « Wild Rover », que je vous conseille vivement. J’ai pu rencontrer là-bas des gens plus merveilleux les uns des autres mais surtout qui ont su faire de moi une autre personne, et je les en remercie.

Sinon, le Pérou, juste incroyable. Toutes sortes de paysages que ce soit du désert, de la forêt tropicale, la plage, les montagnes… Un dépaysement total à chacune des villes visitées. Malheureusement 1 mois parait long… mais c’est beaucoup trop court. Et cela fait deux semaines que j’ai le coeur serré d’être rentrée.

Je vous laisse découvrir cette vidéo, filmée, montée et regardée 15000 fois avec amour, et je vous laisse (je l’espère) avoir envie d’aller là-bas pour le vivre vous-même. Car même si ces quelques images décrivent ce que j’ai vécu au Pérou, rien ne vaut de le vivre en vrai !

Mon doux Pérou, je te reverrais j’en suis sure, tu m’as appris une chose, c’est de vivre nos rêves, quoiqu’il arrive car c’est le plus important. Tu m’as fait tomber amoureuse de l’Amérique du Sud et j’ai encore tellement de choses à découvrir… C’est la fin d’un voyage, mais le début d’une vie.

Léa

 

Road Trip 2k16

Bonjour à tous,

Je suis très heureuse de vous faire part de mon futur voyage qui se déroulera très bientôt : du 28 juillet au 31 août 2016. La destination : Le Pérou.

Pourquoi le Pérou ?

Tout d’abord, entre le travail, le temps maussade parisien et le train-train quotidien, j’ai eu envie cette année de m’offrir la possibilité de partir loin et de découvrir une autre culture. J’ai longuement hésiter sur la destination : mon coeur étant partagé entre l’Amérique du Sud et l’Asie. Mais nous savons tous qu’en cette période de juillet-aout, la mousson est présente en Asie. Je me suis alors dirigée vers l’Amérique du Sud. Plusieurs destinations s’offraient à moi, évidemment : le Brésil, l’Argentine, le Chili, le Pérou… Mais il fallait surtout trouver un voyage 1) enrichissant 2) Peu cher 3) que cela convienne à ma co-voyageuse. Après plusieurs études d’itinéraires etc… nous avons décidé de partir au Pérou, pour 1 mois en road trip (comme dirait Dora « sac à dos, sac à dos! »). Et j’ai très envie de pouvoir partager mon premier selfie avec un lama avec vous !

Mes projets au Pérou

Mes projets ne diffèrent pas tellement des projets des autres personnes vagabondes. La découverte du pays, de la culture, des traditions. Evidemment nous passerons par le Machu-Picchu, sans oublier la Laguna 69 et le lac Titicaca.

Je souhaite aussi réaliser si je peux, des interview des gens qui marqueront mon voyage, que ce soit des co-voyageurs qui partageront un bout de route avec nous, mais bien évidemment des locaux qui me montreront et expliqueront exactement ce qu’ils font. Malheureusement, je ne pourrais pas interviewer un lama.. j’en suis très déçue ! (Oui.. j’ai un souci avec les lamas ahah)

Je vous propose de partager avec vous mon itinéraire approximatif pour ce mois en attendant d’être sur place et de pouvoir vous montrer notre trip !

Vous pouvez suivre notre page Facebook et Instagram (@2_zintrepides)

A bientôt sur les routes des Incas !

Léa

#Retrouvailles

Bonjour tout le monde,

Ce week-end je suis retournée passer quelques jours dans mon doux sud-ouest. J’aime trier mes affaires quand j’y retourne, à chaque fois je retrouve des choses qui me tiennent à coeur, que jamais je ne jetterais, des souvenirs (comme par exemple des vieux T-shirt « blancs » badigeonnés au marqueur, que je mettais pour les férias de Dax, Bayonne…) qui font remonter le temps.

Cette fois-ci, j’ai trouvé deux articles, que j’avais fait quand je faisais partie de l’équipe de #Feather, un webzine culturel Bordelais. J’ai adoré ces quelques mois passés avec eux. C’était aussi le début de mon grand plongeon dans le monde du journalisme. Et par ailleurs, je suis très heureuse de la notoriété qu’a acquis ce webzine au fur et à mesure des années. Et je suis très contente d’avoir retrouvé ces deux interviews.

La première, c’est l’interview de Sobigraphie. Sobigraphie, c’est le mélange de toutes les choses mignonnes qu’on adorent, déclinées en sacs, tasses, t-shirt… Elle nous envoie une bombe de paillettes, de couleurs et d’amour. Je vous laisse la découvrir dans cet article mais aussi sur son site internet.

La seconde, l’interview des deux fondateurs du groupe de musique : Bengale. Alors Bengale, c’est un mélange de pop musique, de ronronnement et de vérité. Je suis d’ailleurs très heureuse pour eux car je les vois (de loin), grandir de jours en jours. Je vous laisse aussi découvrir ce groupe qui nous emporte dans un autre univers !

Bonne lecture !

Léa

Sorry but i’m in internship …

Bonjour tout le monde,

Je reviens par ici pour vous expliquer un peu le pourquoi du comment de ma disparition. Je suis en ce moment même en stage pour valider ma deuxième année de journalisme. Je travaille jusqu’au 15 juillet dans une boite de production audiovisuelle, qui produit notamment des documentaires, des émissions diverses, des spot publicitaires, des clips… Et bien d’autres choses !

Je tiens le poste d’assistante de production. C’est moi qui prépare certains tournages, qui m’occupent à organiser ces tournages et qui est sur place pour chapeauter un peu tout le monde lors des captations.

J’ai pu notamment avoir ma première expérience en tant qu’assistante de production cette semaine pour le tournage des « Contes de Tiji ». Je ne sais pas si vous connaissez. Le principe de l’émission : une personnalité vient lire des contes à des enfants, dans une ambiance cosy et grenier. J’ai eu l’opportunité de rencontrer Adeline Blondieau et Elodie Gossuin et ça a été une super expérience, j’ai hâte de recommencer ! Mais ce n’était pas facile tout le temps, surtout quand je devais courir partout pour gérer plein de choses en même temps ! Mais c’est le métier, et j’adore ça. Je m’éloigne un peu du journalisme mais c’est ce que je souhaitais : voir l’envers du décor. Et ne pas me fermer de portes. Le « must » c’est que ça me plait autant.

Je vous embrasse et je vous demande de m’excuser par avance car je vais être moins présente.

Léa

Good morning Chicago

L’envie vous prend un jour d’aller à Chicago, parce que ça a l’air trop top et que votre arrière grande tante éloignée que vous n’avez pas vu depuis 6 ans vous paie le voyage, mais vous ne savez pas quoi faire là-bas ? Eh bien j’ai quelques adresses sympathiques pour vous !

23 février 2016

Fraichement arrivés à Chicago, nous venions de passer près de 9 heures dans un avion, sans compter que notre vol direct a été annulé donc passage rapide par Washington… (Conseil numéro 1, évitez de prendre la compagnie United… Privilégiez Air France même si vous devez payer un peu plus cher votre vol ou American Airlines). Installés dans l’appartement, reposés et affamés, nous avons fait un tour dans le quartier pour trouver un restaurant ouvert. Bingo, dans une rue adjacente la façade du Plymouth (327 S Plymouth Ct), un restaurant/bar en rooftop (qui est couvert mais top!). Verdict ? Bonne ambiance, bonne nourriture (quoiqu’un peu grasse mais nous sommes aux Etats-Unis il ne faut pas l’oublier!), ce n’est pas très cher, le personnel est sympa et les cocktails sont très bons (sauf le bloody mary… A ne pas prendre!).

24 février 2016

Ce jour, c’était « journée shopping » ! La fin des soldes oblige, nous sommes allés sur la Michigan Avenue (la rue principale pour aller faire du shopping à Chicago) direction Macy’s, une sorte de Galeries Lafayette de chez eux et où les prix n’étaient vraiment pas dérisoires. C’est L’ENDROIT où aller si vous avez envie d’aller faire les boutiques mais surtout les soldes. Autres magasins incontournables pour du shopping : Topshop (forcément) et Levi’s sur Michigan avenue. Sur la South State street, vous pourrez trouver votre bonheur chez Forever 21, American Appareil (bien que bof par rapport à la France), Urban Outfitters et une petite boutique qui s’appelle « Journeys » où vous pourrez trouver  une multitude de converses à bas prix ! (Personnellement j’ai craqué pour les basses rouges… dans la simplicité) Mais n’oubliez jamais d’essayer vos vêtements / chaussures car les tailles sont différentes là-bas.

Niveau nourriture, le midi nous sommes allés à la Billy gout tavern (1535 west madison street), une petite cantine qui font des burgers et surtout… de la bière artisanale (Billy goat lager). Les burgers sont bons mais pas exceptionnels, le décor est sympa et le personnel aussi. Bonne petite pause du midi entre 2 boutiques !

Le soir, nous sommes allés dans le quartier « lower westside » de Chicago (il faut savoir que nous avons trouvé cet endroit par hasard car ce n’est pas un quartier où il faut aller faire du tourisme) et nous avons diné au Simone’s  (960 west 18h street). Musique plutôt commerciale mais cool, personnel sympathique (sauf le « videur » qui vous hurle « ID!!!!! » lorsque vous entrez) et la nourriture délicieuse et peu chère. Seul bémol, la décoration, à part deux têtes de mort en décoration, bof bof.

25 février 2016

Ce jour, grasse matinée. Nous sommes allés nous prendre un hot dog chez Portillo’s. Ne vous attendez pas à manger du porc. Ici, les hot dog sont presque fait en totalité avec du boeuf. Pas très cher, décor sympa mais le personnel n’est pas très aimable. C’était juste l’occasion de manger un hot dog qui eux, étaient très bons.

Puis balade dans l’Ukrainien Village, comme son nom l’indique, c’est le quartier Ukrainien de Chicago. Eh bien c’est un quartier mort, peut-être qu’à cette période de l’année, je n’en sais rien, mais pas un chat dans les rues (sauf des écureuils). Il n’y a RIEN. Si, juste une petite boutique « Paper Doll » (située au 2027 west division) spécialisée dans les cartes postales, qui propose aussi de la déco, des gadgets, une sorte de boutique-cadeaux. Prix pas cher, la vendeuse est très gentille et les objets sont vraiment sympa.

26 février 2016

Notre plus grosse journée ! Au programme : visite du centre de Chicago. Nous avons fait une grande balade dans le quartier du Loop. Tout d’abord, nous avons pris le métro aérien (billets un peu chers quand même : 3$ le billet, mais ça vaut le coup de voir d’une autre façon la ville). Nous sommes descendus à l’arrêt « Quincy station » pour aller à la Willis Tower. Alors la Willis tower, c’est le deuxième plus haut immeuble du continent américain. C’est au point d’observation, le skydeck, situé au 103e étage soit à 412 mètres de hauteur que les touristes se rejoignent (dont nous, il faut l’avouer) pour se photographier sur le sol en verre et devant une vue panoramique de la région, que l’on peut admirer de là-haut. C’est une chose à faire incontournable à Chicago, quoiqu’un peu cher : 22$ par adulte et 14$ pour les 3 à 11 ans. Nous nous sommes ensuite baladés sur la Riverwalk, jusqu’au port du lac Michigan, balade magnifique à faire.

Pour casser la croûte, nous sommes allés dans LA pizzeria de Chicago : Giordano’s. C’est LA pizza mythique de Chicago. La simple : « The 1 famous stuffed pizza », c’est la simple, au cheese. Pour deux personnes il faut prendre une small, car comme tout ici, c’est gigantesque. Pour vous donner l’eau à la bouche, cette pizza est épaisse d’au moins 5cm avec une tonne de fromage et de la sauce tomate qui la recouvre. MIAM ! Juste délicieux. Seul bémol, les cuisiniers l’a font à la minute et elle est prête en 45 minutes (il ne faut pas être pressé). L’ambiance est très sympa et le prix est abordable. Puis par gourmandise (comme si nous n’avions pas assez mangé chez Giordano’s !) on avait entendu parler du Popcorn de chez Garrett ? Eh bien c’est une T-U-E-R-I-E ! Il faut absolument gouter le « Garrett mix : popcorn Cheesecorn & caramelcrisp », comme son nom l’indique, un mix de popcorn au cheddar et au caramel. Juste délicieux. Par contre, prendre la taille « small » pour 4 personnes.

27 février 2016

Certainement la plus belle journée qu’on ait eu ! Un temps magnifique et 20° au soleil. De quoi se donner l’envie d’aller se balader au bord du lac Michigan. Et c’est ce que nous avons fait ! Une balade très agréable jusqu’au « port » puis nous sommes allés au Millenium Park pour profiter d’une minute au soleil et pouvoir admirer le Cloud Gate (le haricot magique de Chicago, comme je l’appelle). Nous nous sommes ensuite rendus chez un disquaire : Reckless Records (1379 north milkauwee) qui propose CD et autres vinyles, et nous avons pu faire pas mal de bonnes trouvailles à très bas prix. Ils ont une très belle bibliothèque musicale. Pour rentrer se préparer à l’appartement, nous avions entendu parler de Iwan Ries, un magasin typique de tabac à pipes et cigares. Par curiosité, nous sommes allé voir. L’ambiance est originale, mais il n’y a que du tabac à pipes et tout est plus cher qu’en France.

Et pour notre dernier soir, je vais d’ailleurs clôturer cet article sur ça, nous avions réservé au Gibsons (1028 North Rush Street). Un steakhouse assez sélect de Chicago, digne des séries US (Vous aurez l’impression d’être dans Desperate Housewives en remarquant les blondes pulpeuses ressemblant à « Eddie » et des hommes en costume rappelant « Rex » l’ex-mari de Bree Van de Kamp). Comme c’est sélect, c’est assez cher (à peu près 50$ la viande) mais il faut tester ! D’ailleurs, il faut prendre une viande pour 2 (USA oblige). L’ambiance est lounge, c’est très agréable, il faut plutôt y aller en tenue correcte à habillée, le service est impeccable et la nourriture est succulente. Pour une première fois, le mieux est de gouter le fameux : T-bone ou Porterhouse, sans oublier pour les adeptes (comme moi!) une touche de Blue Cheese au dessus ! Pensez à réserver !

Si vous avez des questions, ou si vous souhaitez plus d’infos sur certains points de l’article n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire ou me contacter sur ma page Facebook : https://www.facebook.com/meschroniquesparisiennes

Léa

 

 

Nice trip in Chicago !

Cette semaine j’ai eu la chance d’aller aux Etats-Unis dans l’Illinois, à Chicago. Cinq petits jours très courts mais suffisants pour profiter de la troisième ville des Etats-Unis.

Les trois choses que je peux retenir de ce petit « trip » sont : visites, soldes et nourriture, mais je vous en parlerais dans un prochain article, pour ceux que ça intéresse, les choses que j’ai pu testé si jamais l’envie vous prend d’y aller faire un tour.

Mais avant cela, passons un peu par de l’histoire !

Tout d’abord, Chicago se situe dans le nord-est de l’Etat de l’Illinois, et se trouve sur la rive sud-ouest du lac Michigan (où d’ailleurs il est très agréable de s’y promener lorsque le soleil daigne montrer le bout de son nez).

Ce qui a pu me marquer le plus, c’est son architecture très variée. On peut trouver des bâtiments néo-gothiques, comme la Tribune Tower (gratte-ciel qui a la particularité d’abriter les bureaux du journal Chicago Tribune), mais aussi d’autres, de style néo-renaissance, puis dès la fin des années 1920, le style Art Déco s’est installé à Chicago. Puis de nouveaux styles comme les idées du mouvement moderne avec le « style international », mais aussi une expansion de nouveaux quartiers ethniques : comme le quartier chinois (Chinatown) et Ukrainien (Ukrainian Village). C’est vrai qu’en déambulant dans les « blocs » de Chicago (car les villes Américaines sont souvent construisent en bloc) on peut passer d’un bâtiment en briques rouges au gratte-ciel résidentiel Trump (ahah).

La Riverwalk est aussi quelque chose d’agréable à faire à Chicago. Marcher au bord de cette rivière et croiser les cyclistes et quelques écureuils curieux est vraiment merveilleux. Cela permet aussi de rejoindre le lac Michigan et finir sa balade avec un hot-dog au soleil, devant la patinoire.

Je n’étais jamais allée aux Etats-Unis et j’ai trouvé que Chicago était une bonne première, je n’y suis pas non plus peut-être (certainement) allée à la meilleure période de l’année, mais justement, quoi de mieux que de découvrir une ville lorsqu’il y a le moins possible de touristes ?

C’est vrai que c’est une culture très différente de la notre, et j’ai pu voir d’innombrables inégalités dans cette ville, notamment l’écart massif qu’il y a entre banlieue et centre ville.

Les expressions les plus entendues durant 5 jours ?

« Have a good day/night » et « ID ! » (de loin la plus horripilante je crois, hé oui, à bientôt 23 ans, on me demandait constamment ma carte d’identité… Conseil : toujours l’avoir sur soi lorsque vous êtes aux Etats-Unis)

 

N’oubliez pas, prochainement un article sur « Quelques-unes des choses à faire à Chicago »

 

Léa

 

Cétacé de notre bêtise !

Cette fois, pas un article ni quelque chose de forcément structuré. Juste une émotion et une envie de faire passer un message, que peut-être (certainement) pas grand monde ne lira, mais qui vient du coeur.

Sans titrekshqf

C’était aujourd’hui, jeudi 18 février 2016. Le monde ne tourne pas rond. A différente échelle évidemment : Entre l’attentat à Ankara survenu la veille, Trump qui ne fait que dire aussi, des bêtises et messieurs et mesdames les ministres qui veulent que le « kikoulol » soit de rigueur, maintenant c’est la terre entière qui déraille. Cette histoire du pauvre petit dauphin mort sur la plage car des gens voulaient absolument le prendre en « selfie » m’a secoué. Vraiment.

Depuis quand l’Homme (avec un grand H) régresse-t-il intellectuellement ? Depuis qu’on lui a mis un smartphone entre les mains peut-être ? Parce que là, le réel problème ne vient pas d’une erreur mais d’un manque de bon-sens. Ces gens-là, qui ont tué cet animal qui ne demandait rien n’à personne, ce sont les mêmes qu’on retrouve devant La Joconde au musée du Louvre à Paris. Je pèse mes mots. Les imbéciles qui ne voient que par leur écran de téléphone, de tablette ou autre, ne voient pas tous les mystères que le monde réserve. Et nous sommes tous cet imbécile. On va trop loin.

Admettons. Est-ce qu’une seule fois, lorsque vous vous promenez dans VOTRE quartier, cela vous est déjà arrivé de lever les yeux et d’admirer ? Je me suis d’ailleurs fait la réflexion il y a peu de temps, quand j’allais chercher des croissants pour le petit déjeuner : « Wahou ! Je n’avais jamais vu que cet immeuble avait une petite tour, ni que cet autre immeuble était le seul en briques rouges dans la rue, oh et cette rosace, magnifique ! »

Voilà, il est bien là alors le problème, parce que si nous ne faisons pas attention à ce qui nous entoure, nous ne ferons pas non plus attention aux êtres qui nous entourent. Et je dis bien « êtres » car je parle à la fois des humains mais aussi des animaux. Combien de fois, j’ai pu voir des gens plongés dans leur téléphone, piétiner un pauvre petit chien ? Ne pas voir que la vieille dame peine à monter les marches du métro ? Allez, vous vous sentez un peu visé ? C’est normal, moi aussi parfois je suis aveugle et fermée comme une huitre.

Juste pour vous dire, que la vie est plus importante qu’un truc carré avec une pomme dessus et qu’on rate finalement énormément de choses… moi la première.

« Levez les yeux, la vie est tellement plus belle à travers votre regard »

Léa

« Elle attendait dehors qu’il dessaoule » / Comparution immédiate au TGI de Nanterre

Gare_nanterre_prefecture_quai_cergy_poissy

Image d’illustration @Anthony Giroud

En comparution immédiate au tribunal de Nanterre, le lundi 25 janvier 2016, Nicolas*, 42 ans, est condamné à 10 mois de prison avec sursis s’il ne respecte pas ses obligations de soins.

Le mois dernier, le 13 décembre, il s’en était pris à sa mère de 75 ans, Joëlle*, lui assénant plusieurs coups au visage, sous l’emprise de l’alcool, qui a provoqué une interruption totale de travail de 8 jours. L’expertise montrera d’ailleurs de nombreuses ecchymoses sur la victime et une fracture des os du nez. « Les photos montrent la violence de la scène, monsieur », s’exprime la Présidente. En entendant les faits, c’est un homme qui baisse les yeux qui se trouve dans le box des prévenus, le visage crispé, cerné et fatigué. Depuis les faits, des expertises ont eu lieu. Nicolas* était bel et bien sous l’emprise de l’alcool avec 0,47 mg par air expiré.

Dans cet appartement de Nanterre, la violence est une routine. « Un voisin exprime même qu’il entendait souvent des cris, des disputes ou des insultes. Il a même vu la scène et le sang sur le visage de votre maman. Les faits de violences sont graves monsieur, mais à un parent encore plus », poursuit la Présidente, fixant le prévenu droit dans les yeux.

Mais le parcours de Nicolas* est parsemé d’embuches. Un frère décédé un an plus tôt à la suite d’un cancer, une sœur qui d’après lui veut voler l’héritage, et un père qu’il n’a pas connu, c’est très tôt que Nicolas* cède à la tentation de la drogue et l’alcool.

Des addictions qui l’ont poussé à la violence

Héroïnomane de 2005 à 2013, Nicolas* plonge petit à petit dans une tournure de vie difficile. Son enfance n’est pas mieux : une mère alcoolique et parfois violente n’ont pas arrangé son état. L’expert envoyé par le tribunal a décelé une personnalité Borderline chez le prévenu, un alcoolisme certain et une peur de l’abandon. Mais pas de tendance psychotique. « Vous souffrez de polytoxicomanie, de trouble de la personnalité, mais c’est curable si vous avez accès à une prise en charge » explique la Présidente d’après les conclusions de l’expert.

Conclusions qui ont aussi décelé qu’au moment des faits, le discernement du prévenu pouvait être altéré par les substances ingérées. A l’époque, Nicolas* boit plus de 10 cannettes de bière par jour. « Je regrette, j’étais alcoolique mais j’ai arrêté depuis ma détention provisoire » rétorque-t-il à la Présidente. Et à la question « Est-ce que vous avez honte », le prévenu répond, tête baissée, tristement et l’air perdu, d’un petit « oui ».

Une peine moins lourde que celle demandée

D’après le contexte évoqué par la Présidente de la 16 ème chambre, la procureure de la République poursuit l’audience par ses réquisitions. « Il a dit qu’il l’avait frappé pour se calmer. Qu’un jour, elle passerait par la fenêtre », explique-t-elle, en évoquant sa culpabilité des faits qui lui sont reprochés et demande 12 mois de prison avec 8 mois de sursis, une mise à l’épreuve de deux ans ainsi qu’une obligation de soins et de travail.

L’avocat se lève : « Mais ce n’est pas un délinquant d’habitude madame la présidente, il a eu une enfance malheureuse et il a réellement besoin de soin

La Présidente a tranché et Nicolas* s’en sort avec le devoir de finir sa détention provisoire, 10 mois de sursis et une obligation de soins. Verdict qui n’a pas plu au prévenu qui est parti en déchirant sa feuille sous le regard de la cour.

 

 

Léa

*Les prénoms ont été modifiés par souci d’anonymat.