Christine Phung, l’avant-gardiste

Christine Phung a présenté sa nouvelle collection Automne-Hiver 2016 pendant la semaine des défilés de Paris, ce mardi 3 mars 2015 à l’Institut du Monde Arabe.

IMG_3211

Devant le grand bâtiment de verre, la foule entre pour assister au défilé de la talentueuse créatrice de 36 ans : Christine Phung. Le défilé se déroule dans une salle du dernier étage de l’Institut du Monde Arabe, d’où l’on voit les toits parisiens et Notre-Dame de Paris à travers les vitres et sur le rooftop.

La salle est petite, cosy, choisie avec intérêt par la styliste, «Ce lieu entre en résonance avec la collection. Nous l’avons choisi pour sa modernité. Les moucharabiehs évoquent la légèreté, la finesse et la dentelle», précise la créatrice au magazine Time for Africa. Lorsque la foule est enfin installée sur les chaises placées le long du chemin du défilé, une musique retentie. Un mélange de percussions qui donne une sensation à la fois perturbante et relaxante, comme si elle annonçait le début du défilé.

IMG_3200Plus d’une centaine de personnes se trouve dans la pièce, des gens de tous âges, mais d’une certaine classe sociale, des blogueurs de mode, des personnalités, des stylistes … Chacun ici pour admirer le travail de Christine Phung. « C’est son premier défilé auquel j’assiste, mais je suis son travail depuis ses débuts, je suis une grande fan, et je trouve que dans cette collection là on retrouve ses premières œuvres, ce qui est génial ! » dit Aurélie, styliste free-lance. L’impatience se fait ressentir à travers la joie que fait partager les sourires et les rires. Silence.

Une musique de Jon Hopkins retentie, comme un mélange de Bach et de musique pop. Les mannequins défilent tour à tour sur la piste. Elles sont droites, le regard fixe peinturluré de noir qui leur donne un air dur et sombre, elles déambulent comme des robots vers les journalistes, prennent la pose, puis continuent leur chemin autour des invités. Elles portent les créations de la styliste, vêtements qui sont intemporels et géométriques. Des robes qui explosent de bleu, de prune, de vert, des manteaux d’un gris hypnotisant, et des bottines aux talons qui n’en finissent plus. « J’ai beaucoup aimé les imprimés fleuris, comme cathodiques, comme si on regardait un écran de télévision, j’ai trouvé ça vraiment époustouflant », poursuit Aurélie.

IMG_3213Le défilé s’achève sur un regroupement des mannequins qui parcourent une dernière fois cette petite salle pour finir de présenter les vêtements, suivis de la styliste en personne, qui vient saluer avec un immense sourire et un petit geste de la main, les invités présents pour apprécier ses créations. La petite salle de verre se vide petit à petit sous un tonnerre d’applaudissements pour récompenser le travail de Christine Phung, qui remercie tout le monde avant de s’enfuir dans sa loge.

 

Léa C.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s